BhagavadGita.org Read Lord Krishna Bhagavad Gita Online for Free in Multiple Languages

Bhagavad Gita: 5. La Voie De La Renonciation

Image

La Voie De La Renonciation

Arjuna dit : O Kŗşna, Tu loues la connaissance transcendantale (Sāmkhya, Karma-samnyāsa) et aussi, l’accomplissement du service désintéressé (Karma-yoga). Dis-moi en toute certitude, laquelle des deux est la meilleure. (5.01)
Le Seigneur Suprême dit : La voie de la connaissance du Soi (Karma-samnyāsa) et la voie du service désintéressé (Karma-yoga, Sevā) mènent tous deux au but suprême. Mais des deux, Karma-yoga est supérieur au Karma-samnyāsa. (5.02)
Une personne devrait considérer comme vrai un Samnyāsī (renonciateur) qui ne dédaigne ni ne désire. Il est facilement libéré des chaînes Karmiques en devenant affranchi des paires des opposés4[4], O Arjuna. (5.03)

Les Deux Voies Mènent Au Suprême
L’ignorant – non le sage – considère la voie de la connaissance de Soi (Karma-samnyāsa) et la voie du service désintéressé (Karma-yoga), comme s’il s’agissait de deux choses distinctes. La personne qui est fermement établi dans l’un des deux obtient le fruit des deux. (5.04)
L’état où arrive le renonciateur (Samnyāsī), le Karma-yogi atteint également le même destin. C’est pourquoi, celui qui voit la voie de la renonciation et la voie du travail désintéressé comme identiques, voit vraiment. (Voir aussi 6.01 et 6.02)) (5.05)
Mais, la vraie renonciation (Samnyāsa), O Arjuna, est difficile à atteindre sans Karma-yoga. Un sage harmonisé par le Karma-yoga atteint très vite Brahman. (Voir aussi 4.31, et 4.38) (5.06)
Le Karma-yogi dont le mental est pur, dont le mental et les sens sont sous contrôles, et qui perçoit le même Éternel Être (Brahman) en tous les êtres n’est pas lié au Karma même s’il est engagé dans le travail. (5.07)

Un Transcendantaliste Ne Se Considère Pas Comme Etant Le Faiseur
Le sage (ou Samnyāsī) qui connaît la vérité pense : « Je ne fais absolument rien. » En voyant, entendant, touchant, sentant, mangeant, marchant, dormant, respirant, parlant, saisissant et rejetant, ouvrant et fermant les yeux, un Samnyāsī croit que ce sont uniquement les sens qui opèrent sur leurs objets. (Voir aussi 3.27, 13.29, et 14.19) (5.08-09)

Un Karma-Yogi Travaille Pour Dieu
Celui qui fait son travail comme une offrande au Seigneur, abandonnant tout attachement intéressé aux résultats – n’est pas affecté par la réaction Karmique ou le péché comme la feuille de lotus qui n’est mouillée par l’eau. (5.10)
Les Karma-yogis accomplissent l’action – sans attachement égoïste – avec leur corps, mental, intellect, et sens pour leur purification. (5.11)
Un Karma-yogi atteint la félicité Suprême en abandonnant les fruits du travail ; pendant que d’autres, qui sont attachés aux fruits du travail, se lient au travail égoïste. (5.12)

La Voie De La Connaissance
Une personne qui a complètement renoncé aux fruits de tous travaux, demeure heureuse dans la Cité à Neuf Portes, sans agir ni engendrer l’action. (5.13)
Le Seigneur ne crée pas l’obligation de l’action, ni l’incitation d’en être l’auteur, ni l’attachement aux résultats des actions parmi les hommes. Tout est l’oeuvre des forces (Gunas) de la Nature. (5.14) Le Seigneur ne prend pas la responsabilité des actes bons ou mauvais de quiconque. La connaissance du Soi est enveloppée par le voile de l’ignorance, c’est pourquoi les hommes s’égarent (et accomplissent des actes mauvais). (5.15)
La connaissance transcendantale détruit l’ignorance sur le Soi, et révèle le Suprême, tout comme le soleil révèle la beauté des objets de ce monde. (5.16)
Les personnes dont le mental et l’intellect sont totalement absorbés dans l’Éternel Être (Brahman), qui sont des dévots confirmés de Brahman, qui ont Brahman comme leur suprême destin et unique refuge, et dont les impuretés sont détruites par la connaissance de Brahman, ne prennent plus naissance. (5.17)

Les Marques Supplétives D’une Personne Illuminée
Le sage illuminé (en percevant le Seigneur en toutes choses) voit le Brāhmana cultivé et humble, un paria, même une vache, un éléphant, ou un chien d’un oeil égal. (Voir aussi 6.29) (5.18)
Tout est accompli dans cette vie même dont le mental est équanime. Une telle personne a réalisé l’Éternel Être (Brahman), car l’Éternel Être est parfait et impartial. (Voir aussi 18.55, et ChU 2.23.01) (5.19)
Celui qui n’est pas exalté en obtenant quelque chose d’agréable, ni s’afflige lorsqu’il obtient quelque chose de désagréable, dont le mental est ferme, qui n’est pas troublé, et qui est connaisseur de l’Éternel Être (Brahman), une telle personne est établie en Brahman. (5.20)
Une telle personne qui est en union avec l’Éternel Être (Brahman) devient détachée des plaisirs sensuels externes en découvrant la joie du Soi par la contemplation, et jouit d’une félicité transcendantale. (5.21) Les plaisirs sensuels sont vraiment une source de misère, et qui ont un début et une fin. Par conséquent, le sage, O Arjuna, ne se réjouit pas des plaisirs sensuels. (Voir aussi 18.38) (5.22)
Celui qui est capable de résister aux impulsions du désir ou de la colère au moment de la mort est un yogi, et une personne heureuse. (5.23)
Celui qui trouve le bonheur dans l’Éternel Être (Brahman), se réjouit de Brahman en lui, et qui est illuminé par la connaissance du Soi, ce yogi atteint Brahma-nirvāna, et parvient au Suprême Être (Para-Brahman). (5.24)
Les voyants5[5] dont les péchés (ou imperfections) sont détruits, ayant tranchés le doute par la connaissance du Soi (Jnāna), dont le mental est discipliné, et qui sont engagés au bien-être de toutes les créatures, atteignent le Suprême Être (Para-Brahman). (5.25)
Ceux qui sont libérés du désir et de la colère, qui ont conquis le mental et les sens, et qui ont découvert le Soi, atteignent facilement Brahma-nirvāna. (5.26)

La Troisième Voie – La Voie De La Méditation Dévotionnelle Et La Contemplation
Le sage est vraiment libéré en renonçant à toutes jouissances des sens, fixant les yeux et le mental (au point noir imaginaire) entre les sourcils, égalisant le souffle de l’inspiration et celui de l’expiration dans les narines (par les techniques Kriyā), tenant les sens, le mental, et l’intellect sous contrôle, obtenant le salut (Mukti) comme le but suprême, devenant ainsi libéré du désir, de la colère, et de la peur. (5.27-28)
Mon dévot atteint la paix en Me (ou, Kŗşna, le Suprême Être (Para-Brahman)) connaissant comme celui qui jouit des sacrifices et des austérités, le grand Seigneur de tout l’univers, et l’ami de tous les êtres. (5.29)
Ainsi prend fin le cinquième chapitre intitulé «La Voie de la Renonciation» dans les Upanişad de la Bhagavadgītā, l’écriture de yoga, touchant la science de l’Absolu dans la forme du dialogue entre Srīkŗşna et Arjuna

Arjuna said: O Krishna, You praise transcendental knowledge and also performance of selfless service. Tell me, definitely, which one is the better of the two. (See also 5.05) (5.01) The Supreme Lord said: The path of Self-knowledge and the path of selfless service both lead to the supreme goal. But, of the two, selfless service is superior to Self-knowledge. (5.02) A person should be considered a true Samnyāsi (renunciant) who neither likes nor dislikes. One is easily liberated from Kārmic bondage by becoming free from the pairs of opposites, O Arjuna. (5.03)

Both paths lead to the Supreme
The ignorant --- not the wise --- consider the path of Self-knowledge (or renunciation) and the path of selfless service (KarmaYoga) as different from each other. The person who has truly mastered one, gets the benefits of both. (5.04) Whatever goal a Samnyāsi reaches, a KarmaYogi also reaches the same goal. Therefore, the one who sees the path of renunciation and the path of unselfish work as the same, really sees. (See also 6.01 and 6.02) (5.05)
But, true renunciation, O Arjuna, is difficult to attain without KarmaYoga. A sage equipped with KarmaYoga quickly attains Brahma. (See also 4.31, and 4.38) (5.06) A KarmaYogi whose mind is pure, whose mind and senses are under control, and who sees one and the same Eternal Being in all beings, is not bound by Karma though engaged in work. (5.07)

A KarmaYogi works for God
The wise (or Samnyāsi) who knows the truth thinks: "I do nothing at all". In seeing, hearing, touching, smelling, eating, walking, sleeping, breathing; and speaking, giving, taking, as well as opening and closing the eyes, a Samnyāsi believes that only the senses are operating upon their objects. (See also 3.27, 13.29, and 14.19) (5.08-09)

One who does all work as an offering to the Lord --- abandoning attachment to the results --- remains untouched by Kārmic reaction or sin as a lotus leaf never gets wet by water. (5.10) The KarmaYogis perform action ---without attachment --- with their body, mind, intellect, and senses only for the sake of selfpurification. (5.11)

A KarmaYogi attains Supreme Bliss by abandoning attachment to the fruits of work; while others, who are attached to the fruits of work, become bound by work. (5.12)

The path of Self-knowledge
A person who has completely renounced the fruits of all works, lives happily, neither performing nor directing any action. (5.13) The Lord neither creates the urge for action, nor the feeling of doership, nor the attachment to the results of action in people. All these are done by the powers of Nature. (5.14) The Lord does not take the responsibility for the good or evil deeds of anybody. The Self-knowledge becomes covered by the veil of ignorance; thereby people become deluded (and do evil deeds). (5.15) Transcendental knowledge destroys the ignorance of the Self and reveals the Supreme, just as the sun reveals the beauty of objects of the world. (5.16)

Persons whose mind and intellect are totally merged in Brahma (Eternal Being), who are firmly devoted to Brahma, who have Brahma as their supreme goal and sole refuge, and whose impurities are destroyed by the knowledge of Brahma, do not take birth again. (5.17)

Additional marks of an enlightened person

An enlightened person (by perceiving the Lord in all) looks at a learned and humble priest, an outcast, even a cow, an elephant, or a dog with an equal eye. (See also 6.29) (5.18) Everything has been accomplished in this very life by the one whose mind is set in equality. Such a person has realized the Eternal Being because the Eternal Being is flawless and impartial. (See also 18.55)
(5.19) One who neither rejoices on obtaining what is pleasant, nor grieves on obtaining the unpleasant, who has a steady mind, who is undeluded, and who is a knower of Eternal Being, such a person eternally abides with Eternal Being. (5.20)

Such a person who is in union with the Eternal Being becomes unattached to external sensual pleasures by discovering the joy of the Self through contemplation, and enjoys transcendental bliss. (5.21)

Sensual pleasures are, in truth, the source of misery, and have a beginning and an end. Therefore the wise, O Arjuna, do not rejoice in sensual pleasures. (See also 18.38) (5.22) One who is able to withstand the impulse of lust and anger before death is a yogi, and a happy person. (5.23) One who finds happiness with the Eternal Being, who rejoices Eternal Being (Brahma) within, and who is illuminated by Selfknowledge; such a yogi attains BrahmaNirvāna, and goes to the Supreme Being. (5.24) Seers whose sins (or imperfections) are destroyed, whose doubts have been dispelled by Self-knowledge, whose minds are disciplined, and who are engaged in the welfare of all beings, attain the Supreme Being. (5.25) They who are free from lust and anger, who have subdued the mind and senses, and who have known the Self, easily attain BrahmaNirvāna. (5.26)

The third path --- the path of devotional meditation and contemplation

A sage is, in truth, liberated by renouncing all sense enjoyments, fixing the mind between the eye brows, equalizing the breath moving through the nostrils, keeping the senses, mind, and intellect under control, having salvation (Mukti) as the prime goal, and becoming free from lust, anger, and fear. (5.27-28) My devotee attains peace by knowing Me (or Krishna, the Supreme Being) as the enjoyer of sacrifices and austerities, as the great Lord of all the universe, and the friend of all beings. (5.29)